By
In

Grignotage, et si le stress était responsable ?

Et si le stress était responsable de mes pulsions de grignotage ?

Le grignotage est un fléau pour notre balance et cela peut être un véritable casse-tête pour s’en sortir.

Généralement nous sommes attirés par des aliments trop gras et/ou trop sucrés pour compenser le stress ou plutôt tous ces petits stress que nous subissons au quotidien. Les liens entre alimentation et stress sont importants.

La nourriture est le premier lien affectif qui unit l’enfant à sa mère : c’est à travers le sein ou le biberon qu’il découvre le plaisir lié à la satisfaction du besoin. Récompenser ou consoler un enfant en lui offrant un bonbon est un acte profondément ancré dans nos civilisations.

Des études (congrès « Stress et Nutrition » à l’institut Pasteur de Lille) permettent d’affirmer que le stress fait manger. L’équilibre entre les apports et les dépenses est maintenu par des interactions entre le système nerveux central et les organes du système digestif. De nombreuses hormones (insuline, leptine, ghréline, cortisol…) remontent au cerveau pour contrôler l’appétit et inversement.

Certains aliments peuvent être qualifiés d’antistress : ceux contenant des protéines en grande quantité, ceux riches en magnésium, le lait et les poissons gras avec leurs omégas-3.

Une activité physique régulière, une alimentation équilibrée et un sommeil réparateur sont les clés pour rester zen et ainsi éviter de grignoter.

Extrait de la rubrique la Spécialiste vous répond du PesoPERFECTO n°29